De nos agriculteurs : la première année de Mora Mora

Stand de la ferme Mora Mora

Il s'agit d'un article rédigé par des agriculteurs dans notre série "De nos agriculteurs", écrit par Catherine Nguyen de Mora Mora Farm, qui est inscrite à notre Programme d'incubateur agricole.

Mora Mora Farm est une exploitation de légumes diversifiée d'un seul agriculteur, d'un demi-acre qui vient de terminer sa première saison dans le cadre du Headwaters Farm Incubator Program. Mora Mora cultive des produits pour les vendre lors d'un marché de producteurs le week-end et pour une poignée d'amis de la ville. Lorsque les gens découvrent que c'est moi qui dirige la ferme, faisant tout, depuis l'ensemencement et la récolte jusqu'à la préparation du lit et la commercialisation, la réponse normale est : « Attendez. Tu fais tout ça tout seul ?!"

La décision de commencer en tant qu'exploitation d'un seul agriculteur découlait simplement de ma propre personnalité. J'aime pouvoir avoir une vue d'ensemble : production et ventes, démarrer ma ferme et mettre en place des systèmes pour la maintenir, déterminer où se trouvent les points faibles opérationnels et comment je peux optimiser le système dans son ensemble. Je savais que si jamais je voulais être propriétaire d'une ferme et bien gérer les gens, je ferais mieux de savoir ce que je faisais et pourquoi.

Bien sûr, être une exploitation à un seul agriculteur comporte ses défis :

La prise de décision. J'ai une relation amour-haine avec lui. D'un côté, j'ai la liberté d'improviser et de déplacer les ressources comme bon me semble. Ce qui m'attirait le plus, c'était la liberté de définir une mission et une vision pour la ferme qui correspondent à mes valeurs et la chance de travailler à quelque chose en quoi je crois chaque jour. Je pense que c'est une très belle chose à propos du démarrage d'une entreprise. D'un autre côté, le fardeau de la responsabilité repose uniquement sur moi. Je n'ai personne d'autre à blâmer si quelque chose ne va pas et il n'y a personne d'autre à qui échanger des idées, et il y a beaucoup de pression à cela.


Time Freak est l'une des choses les plus précieuses pour les agriculteurs. Même si je voulais que la ferme soit mon seul objectif au cours de cette première saison, j'ai décidé de prendre un travail hors ferme, car je n'avais aucune idée de comment la première saison allait se dérouler et aucune base de départ. Les heures que j'ai passées à travailler à l'extérieur de la ferme variaient selon la saison, mais je pense qu'il est prudent de dire que j'ai passé plus de 70 heures par semaine à travailler au cours de la dernière saison, voire plus de 80 heures pendant la haute saison. Tout agriculteur qui l'a fait connaît les restrictions d'un travail conventionnel hors ferme. Par exemple, ne pas pouvoir profiter des matinées plus fraîches pour planter en été ou arroser la maison de propagation par une journée ensoleillée figurait parmi les limites. La plupart des emplois non agricoles sont établis selon un horaire fixe basé sur l'horloge, mais l'horaire de la ferme est déterminé par la météo, ce qui, j'ai appris, pouvait être implacable en été. Concilier les deux emplois a été l'un des plus grands défis pour moi cette saison.

Équilibre de vie. Rien ne m'a plus occupé l'esprit cette saison que celle-ci. Je connaissais ma tendance en tant qu'exploitation agricole unique à me surmener et à négliger d'autres aspects de ma vie. Dès le début, j'ai écrit dans l'énoncé de vision de Mora Mora qu'avoir une ferme qui atteignait ses objectifs financiers et écologiques mais qui laissait l'agriculteur en ruine mentalement et physiquement n'était pas un succès. Concrètement, j'ai défini le lundi comme mon jour de congé personnel pour être tranquille et profiter de la vie. J'ai aussi fait preuve de créativité avec un point de vente en milieu de semaine. Je savais que je n'avais ni la main-d'œuvre ni le temps pour faire un autre marché, ni la cohérence pour les commandes en gros ou un CSA structuré, alors j'ai ouvert un ramassage en milieu de semaine pour des amis de la région que je voyais souvent de toute façon. Au cours de la saison, il y avait aussi quelques escapades de week-end et des repas-partage hors ferme juste pour rééquilibrer ma vie globale.


Quand je repense à la question « Tu fais tout ça tout seul ? », la réponse véridique est non. L'une des principales raisons pour lesquelles la ferme a réussi cette saison était la communauté qui l'entourait. D'autres agriculteurs de première année à Headwaters qui arrosaient mes plantes pour moi quand je ne pouvais pas me rendre à la ferme, les clients du marché plus que fidèles qui venaient au marché chaque semaine pour leurs courses, et des amis qui non seulement donnaient immenses encouragements, mais ont même modifié leur alimentation et leur mode de vie pour manger plus de légumes, juste pour soutenir la ferme.

Comme pour tout, une exploitation à un seul agriculteur a ses avantages et ses inconvénients. Il se trouve que je suis plus attiré par les avantages que découragé par les inconvénients. J'ai hâte de passer cet hiver, de revenir sur la saison pour me préparer pour la saison prochaine !